Le voyage du bleu au Portugal continue en Algarve !

« Nous constituons une belle communauté qui existe par vous et grâce à vous », merci Catherine, merci à toutes et tous : cette phrase résume vos très nombreux messages (plusieurs centaines en commentaires et messages de sympathie sur mes sites, réseaux sociaux, adresses e-mails personnelles, SMS, etc., on est loin des seulement 117 liens suivis donnés par les statistiques) !

Je reviendrai plus tard sur cette intéressante expérience d’analyse des chiffres (qui était fausse, c’est vérifié), de quasi-renoncement, de prise de recul, d’écoute de vos réactions, humble apprentissage du réel, et je partagerai avec vous ce qu’elle m’a appris d’infiniment précieux, vous verrez c’est édifiant et très instructif, en tout cas, on continue.

Mais pour l’instant, reprenons notre beau voyage du bleu : j’ai décidé, tout en étant plus concis, de vous offrir une vidéo mieux montée, plus proche d’un petit reportage documenté, et de rester dans l’esprit didactique des publications précédentes. C’est la qualité qu’il nous faut !

Vous quittez donc la merveilleuse campagne du bas Alentejo, où vous étiez depuis 3 jours, et j’ai toujours, le plaisir de vous accompagner dans ce beau voyage.où vous allez aujourd’hui découvrir un adorable village sur les rivages du Ria Formosa.

Voici la première petite démo en arrivant sur les rivages de Ria Formosa réalisé directement au pinceau sans la moindre esquisse préalable : la mer à contre-jour, occasion d’expliquer comment réaliser le miroitement éblouissant du soleil se reflétant sur le somment des vagues à contre-jour.

Un exercice plus délicat qu’il n’y paraît en aquarelle de voyage, où on doit très rapidement et sans le moindre repentir poser la couleur en affleurant la surface du papier avec le ventre du pinceau semi-humide dans un geste sûr et uniforme. Le meilleur résultat sera obtenu avec un papier légèrement granuleux, mais d’autant plus difficile si on utilise des papiers lisses (satiné ou papier de carnets Moleskine par exemple).

Beaucoup plus faciles les bords de mer lorsque le rivage est un peu accidenté ! Jeu d’enfant, même qui permet de s’exercer à des travaux un peu plus difficiles.

C’est un détail de la crique en dessous du petit village de Cacelha Velha, avec son église blanche dominant la mer.

La page entière du carnet représentant la même crique, rapidement esquissée lors de notre voyage du bleu au sud Portugal :


La problématique de ce type de paysage repose un peu toujours sur les mêmes principes : la réussite de l’interprétation d’une atmosphère impliquant les éléments naturels plutôt que celle d’en ensemble trop descriptif, trop détaillé. Les deux doivent se compléter dans un carnet, mais privilégiez toujours l’atmosphère : le soleil, l’humidité, le vent, la moiteur, etc. Il faut que l’on ressente s’il fait chaud, froid, si le temps menace, s’il est tôt, tard, si vous êtes seuls… On doit entendre le bruit des vagues, des mouettes, des gens, ou au contraire aucun bruit. J’ai donc choisi pour accompagner ces deux motifs du Portugal quelques motifs très différents, en commençant par ce paysage breton : c’est l’anse de Pors Hir en Côtes-d’Armor près de Paimpol en fin de matinée, avec un ciel changeant, un peu chargé à l’horizon. La mer est très calme, on est en marée descendante.


Changement complet d’ambiance avec le petit village de la Isleta del Moro en Andalousie, où nous avions séjourné lors de nos stages carnet de voyage de la « Route andalouse du Califat ». Simplement, pour vous montrer que lorsqu’on a à réaliser un motif comme celui-là, l’importance du point de vue. Il permet ici, de traiter d’un seul bloc les maisons blanches, juste en leur donnant du volume avec les ombres et en les rehaussant d’un léger graphisme. Les barques sont ajoutées à la fin. La Méditerranée est fidèle à son image des beaux jours, il est midi, soleil de plomb, pas un chat dans les ruelles ni sur la plage.

Pour terminer, un extrait de mon carnet du Ghana des perles de verre Krobo. Ce sont 2 motifs destinés à vous parler de l’importance de l’atmosphère en aquarelle de voyage. Dans le motif ci-dessous nous sommes sur l’une des plages du golfe de Guinée en fin de matinée et je me suis attaché à décrire plutôt qu’à exprimer : on se fait une idée exacte des lieux, avec les pirogues et les cocotiers qui se balancent dans la brise marine, on devine à l’horizon des brumes de chaleur qui viennent vers nous.

 Au même endroit en nous retournant à 180°, mais en plein milieu de l’après-midi : les brumes de chaleur plongent la plage et ses cocotiers dans une étrange moiteur où le soleil écrase tout. La foule des baigneurs est également là, et ce paysage presque abstrait a quelque chose d’enchanté qu’on ne rencontre que sur les plages des climats humides et chauds, paysage et ambiance qui ne pouvaient me laisser indifférent. L’occasion de réaliser un travail purement « atmosphérique » !

22 Responses

  1. Annie Conter
    | Répondre

    superbe

  2. ROBERT FRANÇOISE
    | Répondre

    Voilà de quoi stimuler l’observation. En fait toutes ces explications peuvent éviter les démos sur place et donc gagner du temps pour se mettre à l’œuvre (pour la lente que je suis) et en plus c’est visible autant de fois que nécessaire.
    Ai-je là compris le but de ta démarche ?
    Françoise
    PS : heureuse que tu évinces ces satanées statistiques

    • Alain-MARC
      | Répondre

      Oui, Françoise, tu as très bien compris ! C’est le but, et c’est pour cela que j’étais si déçu de voir que les statistiques ne me donnaient qu’un suivi ridicule par rapport au nombre de gens que je voulais aider et passer le message, et aider ! Mais je reviendrai plus tard sur cette fameuse analyse, car elle m’aura au moins appris à ne pas prendre les chiffres pour des données incontournable et ininterprétables !

  3. lepere
    | Répondre

    j adore le paysage d Andalousie mais quel papier strie as tu utilise

    toujours aussi magnifique
    Elisabeth

    • Alain-MARC
      | Répondre

      Pour la papier Elizabeth, c’était des chutes de papier de couverture à rabat souple de livres, que mon éditeur de l’époque m’avait données pour ne pas les jeter au rebus ! Je suis incapable de te dire à quoi cela peut correspondre aujourd’hui, mais il est vrai que ça faisait des effets sympa…

  4. Magnifique !!! En te lisant, c’est l’évasion.

    Au plaisir de faire un voyage aquarelle avec toi au Portugal, peut être en 2021, … si tu le programmes toujours.

    En attendant, rendez-vous en Provence au moi de mai.

    Bientôt une publication sur un sortie au Grand Palais avec les Urban sketchers et le bilan de l’exposition au salon du dessin et de la peinture à l’eau à laquelle j’ai eu l’honneur de participer.

    • Alain-MARC
      | Répondre

      Oui, c’est bien Nicolas ! Vraiment, je suis « fier de vous », chaque fois que j’ai des nouvelles comme cela, et j’en ai régulièrement ! Cela me fait vraiment plaisir, je voudrais tellement que vous réussissiez tous, déjà en vous faisant plaisir pour peindre (disons au minima correctement tant du point de vue technique que de l’expression), et ayant aussi un minimum de reconnaissance (déjà de la part des gens que vous aimez) !

  5. micheline vaudenay
    | Répondre

    ce soir je lis ton billet, dehors il pleut, il vente fort, et là, devant mes yeux, il fait beau, il fait chaud, le Portugal éclate dans ses couleurs chaudes. Cela donne envie d’y retourner. Pour juin j’emmène mon carnet fait quand nous sommes allés dans cette région. Cela me fera voir si j’ai fait des progrès…Encore merci de nous faire saliver avant le voyage….
    Vite, le prochain !!! qu’il nous éloigne de la grisaille et du froid.
    C’est vrai que nous faisons partie d’une communauté avec des souvenirs communs même si nous n’avons pas fait les mêmes voyages ensemble.
    Grosses bises Alain.

    • Alain-MARC
      | Répondre

      Oui, Micheline, c’est une bonne idée ! Si tous les animateurs avaient la chance que j’ai d’avoir des passionnés (es) comme vous qui viennent plusieurs fois sur le même projet pour voir combien ils perçoivent les choses différemment, et tout ce que cela leur apporte, je suis certain qu’ils en seraient très heureux !

  6. LEROUX
    | Répondre

    C superbe et réalisés avec sentiments . Les aquarelles expriment la vie qui se joue sur les lieux visités . Je comprend mieux la façon par laquelle la peinture s exprime! 🙏 un grand merci en espérant que ma santé me permettra un jour de vous rejoindre lors d un stage!

    • Alain-MARC
      | Répondre

      Merci Mireille ! En attendant, profitez de mes billets, ils sont également faits pour les gens qui ne peuvent venir avec moi en stage, et peut-être un jour, quand ça ira mieux, vous pourrez y venir, ce sera avec joie pour moi !

  7. Hélène Py
    | Répondre

    Ah oui, le choix du papier est primordial ! J’ai acheté un carnet vierge à un Allemand qui les vend sur notre marché à Saint-Girons; très beaux les carnets ! couvertures en cuir et tout et tout; mais le papier…. c’est de la m…. de quoi décourager un régiment d’artistes. Merci pour vos bleus, vos ciels, vos petites barques tirées sur une plage d’Andalousie et vos coups de pinceaux qui en disent longs sur votre expérience !

    • Alain-MARC
      | Répondre

      Merci à vous Hélène, oui, c’est exact : pour le papier il faudrait tous les essayer avec d’acheter, le problème c’est que ce n’est souvent en général pas possible et c’est généralement quand on a dépensé de l’argent pour rien qu’on s’en aperçoit. Quand un papier n’est pas bon pour l’aquarelle, on enlève délicatement la feuille et on s’en sert comme carnet de notes ou simplement de dessin. souvent les mauvais papiers d’aquarelle sont de bons papiers pour le stylo, le crayon ou le feutre fin (si assez épais la plume (et l’encre) peuvent aussi très bien aller (mais attention : qu’il ne soit ni poreux genre « buvard », ni trop fin genre « tout traverse ») !

  8. Nicole GUENIN
    | Répondre

    Merci Alain pour ce rappel indispensable de de tes croquis dont la sobriété exprime pourtant l’essentiel et nous met en images toute la réalité. On en dit toujours trop et c’est cette fameuse synthèse qui est difficile!.
    J’ai eu la même idée que Micheline, j’ai déjà sorti mon carnet de l’Algarve 2015 ainsi que le détail du programme de cette année-là que j’ai gardé, ainsi d’ailleurs que ceux des années suivantes,et j’ai pu faire un comparatif avec les deux voyages. Je pense peut-être même à mettre sur le même carnet en parallèle et en correspondance chaque étape de notre voyage, je ne sais pas; c’est peut-être intéressant, on en parlera.. Mon carnet est moins « garni » que celui de Micheline, qui est beaucoup plus rapide et experte que moi!
    Avec tes billets on en est bien à une préparation réelle du voyage, on est déjà sur place, on a hâte de démarrer On est arrivés, c’est le soir on fait notre réunion préparatoire avant d’aller dîner. Vivement demain!!!Grosses bises

  9. Nicole GUENIN
    | Répondre

    Pour répondre à Elizabeth et à Hélène, en tant qu’élève, en ce qui concerne le choix du papier, personnellement je prends toujours du 100% coton 300 grammes Il est plus cher mais au moins on a peu de risques de mauvaise surprise. Toutefois il y a des mixtes coton mélangé qui sont très bien je connais seulement les Bockinford et les Moulin du Cocq mais il y en a certainement d’autres qui sont excellents De toute façon, en aquarelle à moins de 180/200 grammes on ne peut pas envisager de «  »peindre » dessus

  10. Christine
    | Répondre

    Atmosphère, cette impression n’est pas toujours facile à exprimer. Il semble que les peintres veulent plus que jamais exprimer ce ressentit. On essaye et avec les images a l’appui les résultats surprendront! Merci Alain

    • Alain-MARC
      | Répondre

      Oui, parce que l’un des atouts de la peinture est non seulement de pouvoir traduire le réel, mais aussi (et surtout ?)de le transcender…

  11. Thierry
    | Répondre

    Magnifique, il est bien difficile de rendre par la peinture une atmosphere, des odeurs, la chaleur… qu’il est meme impossible de rendre avec une photo.
    Le papier strié ressemble a du papier aquarelle Dalbe Brehat (pub gratuite) que j’utilise pour faire des essais, car pour mes carnets je les faits moi meme avec du 100% coton que je choisis

    • Alain-MARC
      | Répondre

      Très bonne idée Thierry !

  12. Joseline GIVRY
    | Répondre

    Merci Alain
    chouette reportage!

  13. Je me permet de nouveau d’intervenir suite aux messages que je viens de lire.

    Certes, il est vrai que le choix d’un support épais est ce qui se fait de mieux pour de l’aquarelle. Cependant, lors du départ à la retraite de mes parents … il y a 30 ans, les anciens papetiers qu’ils étaient avaient récupéré un stock important de papier et comme j’ai horreur du gaspillage, je couche mes aquarelle sur des supports pas spécialement prévu à cet effet. Excellent exercice pour ne pas « passer le coup de pinceau de trop », comme dirait Alain.

    Il est vrai aussi que je suis adepte des techniques mixtes et je rehausse avec de l’aquarelle un dessin préalablement fait au feutre (on peut aussi utiliser du crayon de couleur). Mieux encore, récemment, j’ai ajouté de l’aquarelle sur un dessin au feutre de la coupole du Grand Palais dessiné sur du … papier machine à écrire. Certes, je n’en ai pas non plus ajouté des tonnes, mais suffisamment pour que ce support que certains qualifieraient de « merdique » puisse supporter les effets de profondeur que je cherchais.

    L’utilisation de l’aquarelle sur du papier machine m’a été « montré », en quelque-sorte par Patrick Fouilloux lors d’un stage en Provence en août 2017, et plus précisément au moment des séances de modèle.

    • Alain-MARC
      | Répondre

      Très bons principes Nicolas : si tu sais travailler sur n’importe quel support (même si pas fait pour l’aquarelle), non seulement tu pourras y obtenir des effets différents, mais en plus, tu auras encore plus de facilités sur du papier spécialement adapté !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.