Plume, et les animaux malades de la peste…

Étranges coïncidences…

En ces temps incertains où il fait bon rester chez soi (quand on n’a pas le choix), voici pour vous distraire une fable, une histoire (à venir avec l’exposition « virtuelle » de mes peintures), et quelques réflexions par rapport à la période que nous traversons.. .

Voici d’abord la fable :

Il y a 5 semaines, avant d’aller dans le massif du Jura animer le stage aquarelle de voyage « ambiances et paysages de neige », je finalise et encadre une toile ancienne mais inachevée (commencée il y a au moins 15 ans) que je laisse retournée sur ma table d’encadrement pour en terminer le système d’accrochage et la finaliser à mon retour.

Lorsque je reviens et retrouve mon atelier, mon chat (ce cher animal nommé « Plume »), qui déprimait en mon absence, ne me quitte plus…

Avant même que je me penche sur le plan de travail où la toile était restée comme je l’avais laissée 10 jours auparavant, voilà que mon « Plume » se couche de tout son long sur le châssis retourné, ne bougeant plus comme s’il ne voulait pas que je retouche cette peinture ou que je la retourne, comme s’il voulait me dire : « à présent il va falloir penser à autre chose, plus rien ne presse, il y a d’autres priorités, le monde est à repenser différemment ».

Je ne comprends rien sur le moment à son étrange attitude, mais elle me fait immédiatement penser à l’une des gravures anciennes du grand Gustave Doré illustrant avec son lion couché le sommet de la pyramide des individus ou des groupes sociaux dans « Les animaux malades de la peste » des fables de Jean de La Fontaine…

Replongeons-nous dans la fable :

« [un mal qui répand la terreur,

Mal que le Ciel en sa fureur

Inventa pour punir les crimes de la terre, ]

Pour donner raison au lion (symbole du roi, incarnant pouvoir et puissance), le renard (celui qui sauvegarde sa situation en donnant raison au roi) dit que ce n’est point un péché de manger des moutons. Les prédateurs, l’ours et le tigre, animaux de la cour, se rangent du côté du plus fort.

Mais, lorsqu’un simple animal, un âne du peuple, ni carnivore, ni prédateur, éloigné des subtilités du pouvoir, ose dire avec honnêteté (et sans doute avec naïveté) qu’il a brouté l’herbe d’un pré sans autorisation, les autres animaux dans leur « bonne conscience » d’expier tous les maux de la terre se ruent sur lui, et le dévorent comme s’il en était l’auteur…

Quand mon « Plume » se couche sur ma toile (ce qu’il n’a jamais fait auparavant), nous sommes le 10 mars dernier, loin d’imaginer ce qui nous attend 6 jours plus tard : cette nouvelle peste qui nous cloue sur nos lieux de résidence…

Mais ce qu’il évoque dans son attitude (féline, certes, mais si semblable à celle du lion de G. Doré), c’est l’image qui me saute ensuite aux yeux, non pas d’un procès de la justice au service du pouvoir, mais des décisions et choix politiques dans la quête des « boucs émissaires » dont le sacrifice sauvera la société du fléau qui l’accable.

Hors, quelle que soit l’interprétation de la maxime de la fable, il est à prévoir que la peste risque de durer plutôt longtemps, car qu’est-ce donc que la peste véritable, sinon celle du mensonge, des calculs, de l’hypocrisie, de la flagornerie… où seule l’honnêteté est mise au pilori ? …Et celle-là survivra à celle de la maladie, quand les problèmes économiques et les conflits d’intérêts viendront en prendre la relève !

Dans sa splendeur et sa magnificence le lion affirme sa puissance avec toute la morgue et la mauvaise foi des grands à l’égard des plus faibles.

« A ces mots on cria haro sur le baudet.

Un Loup quelque peu clerc prouva par sa harangue
Qu’il fallait dévouer ce maudit animal,
Ce pelé, ce galeux, d’où venait tout leur mal.
Sa peccadille fut jugée un cas pendable.
Manger l’herbe d’autrui ! quel crime abominable !
Rien que la mort n’était capable
D’expier son forfait : on le lui fit bien voir. »

 

– Mais savez-vous quel est le tableau que j’avais laissé sur la table et sur lequel mon « Plume » s’était couché ?

Ne voyez à tout cela aucune allusion, je relis simplement la fable de La Fontaine en regardant mon chat m’apprendre à percevoir les signes du futur, et attendons la fin du confinement (et celle de la fable ?) pour que je vous dise enfin sur quoi il s’allongeait, vous n’en reviendrez pas !

44 Responses

  1. Jane Tomlinson
    | Répondre

    Oui, tout cela s’applique bien à notre ‘peste’ d’aujourd’hui.. Lafontaine est toujours d’actualité!
    Et accessoirement, ton article me fait penser aussi qu’au fond de la bibliothèque, plein de poussière, j’ai un énorme livre ancien, ‘La chanson du vieux marin’ , par l’écrivain anglais Coleridge avec les illustrations fabuleuses de ce cher Gustav Doré. Je le ressortirai demain!
    Alors c’est le suspens, pour savoir quel est ce mystérieux tableau choisi par Plume…
    A bientôt
    Bises
    Jane

    • Alain-MARC
      | Répondre

      Oui, Jane, ces ouvrages souvent en sommeil au fond de nos bibliothèques peuvent nous ré-apprendre beaucoup ! à bientôt pour la suite,

  2. micheline vaudenay
    | Répondre

    bonjourAlain
    J’attends la fin…. En attendant je vais relire cette fable.Rien que pour le plaisir.
    Hier j’ai loupé ta visio conférence, j’ai été prévenue par mail quand elle était finie… De toutes façons, tant qu’il n’y aura pas d’explication (simple) sur le mode d’emploi, je ne pourrais pas, à mon grand désespoir (sniff !!!) y assister : je n’y connais rien en « chatter » what’s app ou autre anglicisme que tu (et tous ceux qui sont au courant sauf moi, la vieille (personne à risque;… de ne rien comprendre) emploies. Quand il s’agira de se connecter sur une adresse et c’est tout je pourrai vous rejoindre tous. Youpiie ! Mais la longueur du confinement ne sera peut-être pas assez longue pour ma compréhension très faible des manipulations informatiques.
    De toutes façons, merci Alain pour tout ce que tu fais pour nous.

    • Alain-MARC
      | Répondre

      Ne t’en fais pas, Micheline, d’abord, je vais essayer de trouver un système plus simple pour ceux qui sont en visioconférence avec moi (il y a, mais dans les gratuits, ils ne gèrent pas en général plusieurs caméras et le passage instantané d’un interlocuteur à l’autre visible par tous), et quand j’aurai trouvé, j’enverrai à tout les inscrits un mode d’emploi le plus clair possible. En attendant, je vais continuer avec le système actuel, et vais aussi envoyer aux gens qui sont en attente actuellement (dont tu fais partie) un courrier « récapitulatif » des précédents visionnages. à bientôt,

  3. Nicole Bousquet
    | Répondre

    merci Alain pour cette analyse de la Fable un peu oubliée et tellement d’ actualité; Après… il faut espérer que la prise de conscience collective fera un peu changer notre manière de vivre les uns avec les autres

    • Alain-MARC
      | Répondre

      C’est ce que nous espérions tant, nous, les enfants de la génération ayant subi la dernière Grande Guerre, je me souviens de l’espoir de mes parents, et de leurs parents… Allons-nous tirer les enseignements de la situation actuelle (ce qui l’a provoquée, les questions qu’elle soulève, les perspectives à envisager pour de meilleurs équilibres qui aillent dans le sens de l’humain, d’un mieux-être de la société, de notre civilisation, etc.) ?

  4. Jacqueline Kuntzer
    | Répondre

    On attend la fin du suspense!!!

    • Alain-MARC
      | Répondre

      Avec mes amitiés toujours présentes, elle arrivera dans le revue des tableaux de l’exposition…

  5. Roxane Wartmann
    | Répondre

    Je me connecte peu, ça bouffe trop de temps, mais ce message est bien touchant. Qu’as-tu peint ? L’herbe tendre ?

    • Alain-MARC
      | Répondre

      Non, Roxane, pas l’herbe tendre, car dans mes peintures je n’aborde pas les mêmes sujets qu’en aquarelle, et je ne le fais pas d’une façon aussi « légère »: il s’agit toujours de choses liées à l’humain, aux problèmes existentiels, au sens que l’on peut donner à notre existence en ce monde. Beaucoup de questions d’ordre philosophique, éthique, humaniste, etc. Ce qui me sera intéressant à partager avec vous quand je reviendrai sur la signification de cette peinture n’est pas sa signification en tant que telle mais l’interprétation que tout le monde peut donner aux « signes » du futur pouvant être assimilés à des synchronicité pourvu qu’on s’intéresse un tant soit peu aux phénomènes mis en avant par les dernières avancées de la physique quantique et de la cybernétique (rien d’ésotérique là-dedans, mais de la science pure, tout simplement, qui même si je ne la maîtrise pas le moins du monde à ce niveau là, n’en reste pas moins édifiante dans son approche élémentaire).

  6. colette
    | Répondre

    Bonjour Alain.
    je vois que tu restes philosophe malgré la gravité de la situation…
    et bonne idée !!!reprenons les pinceaux!!
    a bientôt!!

    • Alain-MARC
      | Répondre

      En ces temps particuliers, il est effectivement très utile de les reprendre. mais plus encore de leur donner une signification nouvelle…

  7. Nicole Guenin
    | Répondre

    moi aussi j’attends avec impatience de voir le tableau et je fais personnellement une confiance totale à la façon dont les animaux, et les chats en particulier, essayent de nous faire comprendre ce qui va bientôt arriver, et que nous ne savons pas (ou plus) voir.
    Quant à savoir comment nous allons tous reprendre la façon de vivre « après », j’ai des craintes ! Je pense que nous serons nombreux à rester marqués par cette épreuve collective et à être plus solidaires. Une grande star des temps anciens n’a-t-elle pas dit: « ce que vous ferez pour l’un de ces petits c’est à moi que vous le ferez » et « aimez-vous les uns les autres ».
    Les finalités économiques ne sont pas humaines et la folie consumériste qui a saisi le monde fait oublier l’essentiel, ce qui fait le sens de la vie ce que ne peuvent plus comprendre tous ceux qui ne recherchent que les biens matérialistes, alors qu’ils soumettent la planète au supplice en le niant énergiquement pour continuer à assouvir leur servilité aux trop nombreux biens matériels destructrice de toutes nos valeurs . Qu’est-ce qu’il faudra encore comme catastrophe pour leur faire comprendre et nous faire comprendre? Alors essayons de garder cela à l’esprit et de mettre nos actes en accord avec nos valeurs.
    Je crois que c’est un constat que nous faisons tous, mais gardons quand même foi en l’Homme et en la Vie. Et puis, n’avons-nous pas tous l’amour de l’art?

    • Alain-MARC
      | Répondre

      Tout à fait d’accord, Nicole !
      Je reviendrai largement sur la symbolique de ma peinture sous le chat couché (et pas endormi au dessus), mais je souligne juste pour l’instant ce que je réponds à Roxane. Cela va dans le sens de ce que tu écris, car c’est de nos questionnements essentiels qu’apparaîtront les valeurs qui donneront un sens et apporteront des réponses (ou des débuts de réponses) à ces questionnements (quand je dis « essentiels » je ne dis pas « matériels », ceux qui en sont encore à cette approche tout en étant à l’abri du besoin, n’ont rien compris : ils sont passés à côté de leur existence tant qu’ils en sont encore là…

  8. Marianne Schneiter
    | Répondre

    Hello très cher Alain, tes écrits me sont bénéfiques alors je pense aussi que ton tableau et son contenu ont dû interpeller ton beau Plume. Ici, c’est ma Clarinette qui fait de temps à autre ce genre d’exploit: plusieurs fois elle m’a donné des pistes de réflexion en m’approchant de façon inopinée ou en s’installant sur mes écrits, livres ou dessins de telle manière que je ne pouvait que prendre garde, comme si elle m’indiquait de prendre conscience que quelque chose d’important était là. J’ai fait attention , regardé attentivement ce qu’elle me proposait. C’était assez stupéfiant…Cela m’aiguillait souvent sur des pistes de réflexions sur mes comportements, sur mes habitudes de mauvais choix ou d’agacement. Son regard et son attitude m’avaient mise en garde sur la façon dont je pensait les choses… Je crois que nos animaux nous connaissent et sont autour de nous comme des messagers bienveillants. A vérifier. J’attends la surprise… Et tout de bon à toi et à tes proches.

    • Alain-MARC
      | Répondre

      Merci Marianne, tu vois, tu es aussi en phase intuitive avec les moteurs les plus courants de la synchronicité ! Cela est extrêmement important pour les créateurs, quelle que soit leur branche créative. Quant aux septiques et matérialistes convaincus, ils sont comme les incrédules du temps de Galilée, laissons-les nous rire au nez, nous on « savait », en tout cas, personnellement, à la lumière de ces « messages » venus du futur je m’étais préparé, c’est ce qui me permet maintenant d’avoir une activité à ne plus savoir où me tourner, à être encore plus serein, à avoir mes cours par visio prêts depuis longtemps (même si l’apprentissage des méthodes utilisées m’a un peu pris de court car il faut pour cela des gens à l’autre bout des réseaux ce que la situation antérieure ne favorisait pas), mais l’arrêt des stages au long cours depuis 2 ans et plein d’autres choses font partie de cette « anticipation ». Maintenant, je prépare celles de « l’après confinement », c’est extrêmement enthousiasmant de se sentir porté par une telle vague positive, que tu dois aussi ressentir !

  9. Dominique Villard
    | Répondre

    Je ne peux pas participer aux visio démos hélas : si je suis confinée en pleine montagne avec, de ma terrasse, un paysage à couper le souffle, (je suis extrêmement consciente de ma chance), je n’ai pas accès au haut débit et un tout petit filet internet de zone blanche !!!
    Ce matin, neige ! Et un rouge gorge superbe qui me tient compagnie ! Ça n’empêche que j’attends la suite de « plume » avec impatience !

    • Alain-MARC
      | Répondre

      Alors, je t’envoie toutes mes amitiés, Domi, en même temps que tous les gens qui ne te connaissent pas mais lisent ces lignes avec dans leur esprit l’ouverture au monde et l’humanisme qui grandit tout individu digne de ce nom regardant vers un monde meilleur ! C’est une richesse que tu as, profites-en bien, le rouge-gorge est un oiseau fragile et adorable : tout le monde n’en a pas un sous ses fenêtres !

  10. Il y a quelques années, là ou je travaillais, avec une direction, une hiérarchie et un supérieur qui imposait un « terrorisme d’entreprise » (dixit certains cadres), je pensais à cette fable et je me disais qu’il ne fallait pas faire preuve de naïveté si on voulait « sauver ses fesses ».

  11. MALIAREVITCH dominique
    | Répondre

    Merci Alain, déjà pour notre visioconference qui ne peut être que bénéfique. Cela a été pour moi une véritable découverte qui plus est, est passionnante.
    Comme dans une série télévisée on attend la suite de l’intrigue dont Plume est le héros. Quel est donc le sujet de ton tableau qui t’a fait penser à cette fable de la Fontaine ?
    En ce qui concerne les enseignements qui vont découler de cette nouvelle peste du 21ème siècle (je veux parler du coronavirus), je reste assez pessimiste. De la fenêtre de mon appartement situé au 6ème étage d’un immeuble vincennois, je vois le château et le bois de Vincennes. L’horizon d’habitude esr d’une couleur marron gris. Et là il est rosé. Pas une once de pollution ! C’est incroyable ! Mais je suis certaine après le coronavirus tout va redevenir comme avant :les avions vont de nouveau sillonner le ciel, les automobiles vont reprendre et boucher le périphérique parisien. Cela n’aura pas servi de leçon !
    À plus Alain.
    Amicalement.
    Dominique

  12. florence lepoutre
    | Répondre

    La suite Alain !!

  13. Jacquart
    | Répondre

    Bonjour, je suis très intéressée, par vos écrits.. Je vous avais, rencontré, il y quelques années déjà, les événements ont fait que je ne peinds plus, mais je suis très contente de voir vos tableaux,’ en ces temps un peu difficiles, la peinture m est nécessaire à l Ame.. Aavez vous édité un livre les regroupant ? Je serai heureuse de l acheter, je vais essayer de vous suivre bien que je ne sois pas trop douée en informatique.. Merci, d avance de m avoir lu.. Cordialement clothilde

    • Alain-MARC
      | Répondre

      Merci pour votre commentaire Clothilde, il faut effectivement que je fasse un catalogue de ma peinture « peinture », mais j’attends d’en augmenter davantage en virtuel car c’est une autre dimension qui s’ajoutera à celle de l’image fixe. Vous en verrez bientôt quelques résultats, en attendant, dès que je peux, j’améliorerai mon site pour qu’on en voit un peu plus. Bien cordialement, et à bientôt (je vous tiendrai au courant avec les newsletters).

  14. Parreau
    | Répondre

    Alors là je reste confondue devant ta réflexion devant ce tableau magistral que t’a suggéré ton cher petit félin. Tout est dit.
    Je suis impatiente de découvrir quel chef d’oeuvre Plume protège jalousement.

  15. Paul GIAUME
    | Répondre

    Bonjour Marc
    Les chats sont toujours des animaux mystérieux qui peuvent nous apprendre beaucoup de choses.
    Par rapport à ce fameux coronavirus voici une magnifique lettre que je te met si dessous si tu ne l’a pas déjà reçu:
    Bonne journée
    Paul

    le positif du Coronavirus
    SUPERBE !
    CE CORONA étoilé : » lanceur d’alerte « …………..
    $$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$
    Le 27 mars 2020 à 11:25, Bernard EP.
    Pour le présent,
    le constat est juste et c’est bien dit.
    $$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$
    Pour l’avenir, nous verrons bien…Objet :
    Constat !!!
    Un beau texte à lire et à méditer.
    Moustapha Dahleb la plus belle plume
    tchadienne, a écrit:
    > > >
    > > >
    > > > L’HUMANITÉ ÉBRANLÉE ET LA SOCIÉTÉ EFFONDRÉE
    PAR UN PETIT MACHIN.
    > > >
    > > > Un petit machin microscopique appelé coronavirus
    bouleverse la planète. Quelque chose d’invisible est venu
    pour faire sa loi. Il remet tout en question et chamboule
    l’ordre établi. Tout se remet en place, autrement,
    différemment.
    > > >
    > > > Ce que les grandes puissances occidentales n’ont pu
    obtenir en Syrie, en Lybie, au Yémen, …ce petit machin l’a
    obtenu (cessez-le-feu, trêve…).
    > > >
    > > > Ce que l’armée algérienne n’a pu obtenir, ce petit
    machin l’a obtenu (le Hirak à pris fin).
    > > >
    > > > Ce que les opposants politiques n’ont pu obtenir, ce
    petit machin l’a obtenu (report des échéances
    électorales. ..).
    > > >
    > > > Ce que les entreprises n’ont pu obtenir, ce petit
    machin l’a obtenu (remise d’impôts, exonérations, crédits à
    taux zéro, fonds d’investissement, baisse des cours des
    matières premières stratégiques. ..).
    > > >
    > > > Ce que les gilets jaunes et les syndicats n’ont pu
    obtenir, ce petit machin l’a obtenu ( baisse de prix à la
    pompe, protection sociale renforcée…).
    > > >
    > > > Soudain, on observe dans le monde occidental le
    carburant a baissé, la pollution a baissé, les gens ont
    commencé à avoir du temps, tellement de temps qu’ils ne
    savent même pas quoi en faire. Les parents apprennent à
    connaître leurs enfants, les enfants apprennent à rester enfamille, le travail n’est plus une priorité, les voyages et les
    loisirs ne sont plus la norme d’une vie réussie.
    > > >
    > > > Soudain, en silence, nous nous retournons en nous-
    mêmes et comprenons la valeur des mots solidarité et
    vulnérabilité.
    > > >
    > > > Soudain, nous réalisons que nous sommes tous
    embarqués dans le même bateau, riches et pauvres. Nous
    réalisons que nous avions dévalisé ensemble les étagères
    des magasins et constatons ensemble que les hôpitaux sont
    pleins et que l’argent n’a aucune importance. Que nous
    avons tous la même identité humaine face au coronavirus.
    > > >
    > > > Nous réalisons que dans les garages, les voitures
    haut de gamme sont arrêtées juste parce que personne ne
    peut sortir.
    > > >
    > > > Quelques jours seulement ont suffi à l’univers pour
    établir l’égalité sociale qui était impossible à imaginer.
    > > >
    > > > La peur a envahi tout le monde. Elle a changé de
    camp. Elle a quitté les pauvres pour aller habiter les riches
    et les puissants. Elle leur a rappelé leur humanité et leur a
    révélé leur humanisme.
    > > >
    > > > Puisse cela servir à réaliser la vulnérabilité des êtres
    humains qui cherchent à aller habiter sur la planète mars et
    qui se croient forts pour clôner des êtres humains pour
    espérer vivre éternellement.
    > > >
    > > > Puisse cela servir à réaliser la limite de l’intelligence
    humaine face à la force du ciel.
    > > >
    > > > Il a suffi de quelques jours pour que la certitude
    devienne incertitude, que la force devienne faiblesse, que le
    pouvoir devienne solidarité et concertation.
    > > >
    > > > Il a suffi de quelques jours pour que l’Afrique
    devienne un continent sûr. Que le songe devienne
    mensonge.
    > > >
    > > > Il a suffi de quelques jours pour que l’humanité
    prenne conscience qu’elle n’est que souffle et poussière.> > >
    > > > Qui sommes-nous ? Que valons-nous ? Que pouvons-
    nous face à ce coronavirus ?
    > > >
    > > > Rendons-nous à l’évidence en attendant la
    providence.
    > > >
    > > > Interrogeons notre « humanité » dans cette
    « mondialité » à l’épreuve du coronavirus.
    > > >
    > > > Restons chez nous et méditons sur cette pandémie.
    > > >
    > > > Aimons-nous vivants !

  16. Je suis presque, presque sûre de savoir …. ce que disait Votre Plume, d’ailleurs je n’ai aucun mérite, vous le dites ici avec votre clavier.
    Les Animaux ONT LA Parole ! J’en suis convaincue….. ils parlent avec ceux qui comprennent.

    Comme vous, j’ai pensé aux Animaux malades de la Peste avec les illustrations de Gustave Doré
    « Ils ne mourront pas tous, mais tous seront frappés » et votre Plume ajoute : je t’aime mon Maître, pour QUOI me quittes-tu si souvent ? Je me languis si souvent quand tu n’es pas là…tu as d’autres amours plus importants que moi ?

  17. MAIGNAN Marie Agnès
    | Répondre

    Bonjour Alain et tous. Merci pour ce message qui nous interpelle et nous fait du bien. Merci aussi pour la vidéo de samedi à laquelle j’ai eu le grand plaisir d’assister. Attendons que PLUME te laisse « reprendre ta plume » pour nous permettre de nous « envoler » avec l’espoir d’horizons meilleurs, que la Vie soit plus en harmonie avec la Nature et le respect de l’Homme, avec des Valeurs et non l’adoration de la « valeur argent »… Amicalement.

  18. Jean-Pierre Vaudran
    | Répondre

    Bonjour Alain et autres amis aquarellistes, merci pour cette photo d’un Plume qui mène une vie de chat paisible . Gustave Doré et un de ses frères étaient originaires de Strasbourg , l’autre d’ Epinal . La région Grand Est où je vis ( les Vosges aussi dramatiquement touchées ) et où a démarré cette terrible épidémie ! Comment Doré illustrerait-il aujourd’hui ce que nous vivons, et quels animaux seraient représentés ?
    Profitez de ce confinement pour relire aussi La Peste de Camus , mais aussi pour faire de belles aquarelles en attendant le retour d’une vie normale , et de découvrir l’envers de la toile où s’est couché Plume
    Amitiés à tous, Jean-Pierre

  19. Martin Ghislaine
    | Répondre

    Moustapha je vous salue, mais je vais vous faire un peu d’ombre pardonnez moi mais Malheureusement les grands ou le petit grand du moment et sa ministre du travail ne voient pas la vie en rose pour les petits et par décret viennent d’autoriser les 60 heures et autres libertés qui ne vont pas vers le mieux être des employés …les petits les gens méprisés par le pouvoir ….
    Je crois en un monde meilleur mais soyons tous acteurs de nos vie .
    Je vous souhaite le meilleur et je dessine mes rêves .Chaque jours de confinements un dessin …
    Alain ;Merci pour tout
    Bises confinées garanties sans virus .
    Ghislaine martin

  20. Cathy R
    | Répondre

    Merci Alain pour tes efforts et patience avec nous tous ! Comme moi, je suis persuadée qu’ils attendent demain avec impatience. À demain avec grand plaisir 🙂

  21. Cecile
    | Répondre

    Merci d’avoir ressorti ces belles gravures de Gustave Doré. Et la réminiscence de cette fable de la Fontaine si actuelle.
    Prenez soin de vous.
    Cécile

  22. Françoise Barbier
    | Répondre

    Plume, toi qui virevoltes léger comme ton Maître au-dessus de la terre,
    Toi le mystérieux Scribe venu du fin fond de l’Egypte ancienne,
    À quoi songes tu ? Je ne peux voir tes yeux malicieux.
    Aurais tu d’un coup de griffe malencontreux signé le tableau,

    je donne ma langue au chat.

  23. Jaclyne Rougy
    | Répondre

    Bonjour 👋 Alain

    Moi aussi j’attends la suite de ton histoire je vois que tu aimes les chats ! Le mien ressemble beaucoup à ta
    Plume ! Et me fait filer …il lui manque vraiment la parole !
    J’adore tes textes
    À bientôt

  24. Valerie Trincal
    | Répondre

    Les chats sont nos maîtres spirituels.
    Ils nous montrent l’essentiel, avec une longueur d’avance.
    La bulle de l’humanité vit une crise de plus. Saurons-nous par les brèches ouvertes retrouver des liens avec la Nature et les animaux qui ne sont jamais aussi bien portés ?
    Toute crise est porteuse de grands changements. Restons optimistes.

  25. pascale liszewski jung
    | Répondre

    Elle est incroyable cette histoire. En général e suis quelqu’un de très rationnel et m’attache peu aux signes ( à tort peut-être) mais là j’avoue que ça interroge … Dans tous les cas l’introduction de ton récit pourrait constituer les premières lignes d’un roman fabuleux.
    La suite, la suite la suite…

  26. Paule
    | Répondre

    « L’essentiel ce mot revient souvent dans les commentaires ….merci pour ce très beau texte

  27. Martine FERAUD
    | Répondre

    J’ai crée pour l’occasion un site Web mais je ne sais pas vraiment l’utiliser. Peut être que ce site ne convient pas?
    J’utilise pour mes communications Skype , messenger et Whatspp.
    j’aimerais participer aux séances , que dois je faire et avec quel outil?
    Merci

    • Alain-MARC
      | Répondre

      Merci tardif pour ton commentaire, Martine, excuse-moi, je suis tellement pris en ce moment avec toutes ces activités que je ne passe qu’une fois par jour ici.
      Pour ma part, je n’utilise aucune de ces plateformes (même si Skype Entreprises n’est pas mal), car elles ne permettent pas de faire tout ce que je fais avec ce que j’utilise (t’envoie un e-mail pour t’expliquer mieux et te guider dans son usage), et le nombre de participants autant que de nombreuses autres fonctions y étant limitées en versions gratuites, hors, on était très nombreux par exemple cette après-midi.
      Alors, à bientôt par e-mail,

  28. Anne
    | Répondre

    Bonjour cher Alain,
    Je ne viens pas souvent laisser ici un commentaire. Et en ces temps de confinement je me sens un peu submergée par tous ces mails de toutes parts, que je classe précieusement dans un dossier et explore à mes temps choisis, comme ici et maintenant. Très belle fable que je ne connaissais pas. Et très belle écoute de ta part de ce que te souffle à l’oreille ton cher Plume. Impatiente donc de connaître la fin de l’histoire….en accueillant aussi la fin du confinement, qui pour nous, soyons honnêtes, qui ne sommes ni à la rue, ni malades, ni « sur le front », jouissant de plusieurs balcons et d’arbres autour de la résidence….est plutôt un confinement 4 étoiles ! Je t’embrasse, Anne

    • Alain-MARC
      | Répondre

      Merci Anne !
      Mon Dieu, je suis très en retard si je veux répondre à tout le monde, mais j’espère que personne ne m’en voudra si je ne peux le faire ?

  29. Edith FINET
    | Répondre

    cher Alain.
    J’ai loupé ta visioconférence. j’ai vu ton mail trop tard.
    as tu essayé l’application « zoom » ?
    jusqu’à 100 participants et 40 mn , c’est gratuit
    . au delà il faut prendre un abonnement pas très cher .
    j’attends avec impatience que tu retournes la toile !
    bises
    Edith

    • Alain-MARC
      | Répondre

      Oui, Édith, bien sûr, je connais l’application Zoom. Mais elle n’a pas les critères qu’il me faut pour mes diffusions à moi vu que je dois gérer en même temps beaucoup plus d’éléments que zoom ne peut exploiter, dommage, car même si les échanges ne sont pas cryptés (ce qui est très embêtant), elle est tout de même fiable avec un débit très léger !
      je dévoile la toile quand mon « expo » virtuelle aura démarrée : suis très en retard pour cause de suivi des travaux réalisés pendant les premiers « visio-ateliers » !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.