La Rossinante

Posté dans : Mon père JEAN MARC | 48

 

C’est la misérable Rossinante de Don Quichotte de la Mancha. Fourbue, décharnée. Elle avance quoiqu’il advienne, car elle s’identifie à son héros dont elle est la monture, le chevalier errant, dont rien ne compte que la grandeur d’âme !

Regardez cette sculpture, elle a fait le tour du monde, mais est pourtant inconnue !

Aussi, je vous invite à une formidable aventure : celle de réhabiliter par les réseaux sociaux et tout moyens à notre portée son auteur trop vite oublié, son œuvre qui se compte par plus d’un millier de créations hors du commun (qui plus est, dans un matériau aux contraintes très exigeantes), autant que de relayer le formidable message d’humanisme, de courage, de paix et d’harmonie, qu’il nous a lui-même transmis.

Alors là, écoutez bien ce que je vais vous dire : on oublie quelques instants nos peintures et notre ego, on parle de sculpture, car il est trop injuste qu’un être qui a mis son existence au service de l’art avec un tel talent (reconnu à son époque par ses pairs et les observateurs parmi les plus clairvoyants de son temps, dont Jacques Michel du Monde, ou Jacques Chancel), ait été écarté de l’histoire de l’art.

Sans doute était-il trop humble, trop loin des capitales, des cercles d’influence et des circuits du « marché »…

Il n’était qu’un simple paysan, qu’un modeste forgeron, mais a réalisé une œuvre considérable.

Dix ans se sont écoulés depuis que JEAN MARC nous a quittés.

Ce n’est pas parce qu’il était mon père, mais parce que la force de son œuvre, le regard visionnaire dans lequel il avait pressenti son destin se dessiner, n’ont rien perdus de leur pouvoir de transmutation dans lequel ses personnages nés du fer et du feu viennent nous parler d’idéal et d’amour, de courage et d’espérance, de paix, de générosité, ou vibrer de l’intensité dramatique du tragique de la vie, comme dans l’évocation de Jacques Brel chantant aux portes de la mort.

Et à ces éléments de l’existence, nous sommes tous assujettis, par eux nous sommes tous touchés, directement ou indirectement.

C’est pour cela que l’œuvre de JEAN MARC est si humaine et universelle, qu’elle nous concerne tous.

Je vous dirai très bientôt ce qu’elle peut nous apporter dans notre existence à la manière de ce que les fables de La Fontaine peuvent nous apprendre de la vie.

À partir d’aujourd’hui, nous avons 25 jours pour préparer ensemble quelque chose de formidable (vous saurez bientôt quoi), dont vous pouvez toutes et tous être dès à présent à la fois le vecteur et le relais : ce ne sera pas compliqué, il s’agira de partager !

En vous racontant plus tard l’incroyable et merveilleuse histoire de la Rossinante de JEAN MARC, vous comprendrez pourquoi en partageant ce message, vous aurez aidé l’art à dépasser la mort pour transcender la vie !

48 Responses

  1. Un bel hommage. J’ai hâte de connaitre la suite.

    • Alain-MARC
      | Répondre

      C’est une super surprise, elle se profile à l’horizon, c’est pour cela que je lance l’idée du plus large partage possible, un évènement que j’annoncerai très bientôt ! Si je ne l’ai pas encore fait (fais-moi-y repenser), je te dirai où se trouve exactement sa sculpture monumentale de « L’envol » dans un parc d’Eragny, en attendant, merci de tout coeur pour ton attention.

      • Cette sculpture aurait tout à fait sa place à l’écluse de l’Aiguille, sur le Canal du Midi.

        • Danielle Meier
          | Répondre

          Très émouvant ce témoignage. Je suis impatiente de découvrir la suite
          Amicalement

          • Alain-MARC
            |

            Danielle, cette aventure va beaucoup te plaire, car c’est à la rencontre d’un JEAN MARC humain, généreux et sensible qu’on va aller !

          • Alain-MARC
            |

            Elle arrive Danielle !

      • Mayeur
        | Répondre

        Très touchant ….si on peut participer à faire revivre cette oeuvre
        ce sera avec plaisir!!
        A bientôt donc…

        • Alain-MARC
          | Répondre

          Merci beaucoup Colette, oui, on peut participer très facilement et sans la moindre servitude, en partageant tout simplement sur Internet, en en parlant le plus largement possible, et cela n’en donnera que plus de noblesse et de légitimité à notre action !

  2. Françoise MARAGET
    | Répondre

    Il y a du Giacometti en lui…

    • Alain-MARC
      | Répondre

      Oui, il y a certaines sculptures qui peuvent paraître de la même mouvance plastique (et encore elles sont peu nombreuses), mais ce sont surtout de très grandes différences qui les séparent, à commencer par l’intention, mais c’est aussi complètement différent sur le plan technique : si Giacometti montait ses sculptures « goutte à goutte », JEAN MARC les forgeait entièrement à partir de tubes de fer généralement « rehaussés » (ou assemblés) à la soudure autogène, ce qui représente une autre forme de prouesse créative.

  3. Elisabeth Lepere
    | Répondre

    Une magnifique sculpture …..une famille d artistes
    Bisous Élisabeth

    • Alain-MARC
      | Répondre

      Merci Élisabeth, et pour celui-là, je suis bien décidé à réparer la pire des injustices pour un artiste : l’oubli !

  4. Marilou
    | Répondre

    Merci pour cette découverte.Je suis dans l’attente de lire la suite
    Amicalement.Marilou

    • Alain-MARC
      | Répondre

      Merci Marilou, tu verras comment l’interprétation de la misérable rossinante par mon père, la façon dont elle va l’accompagner dans son aventure à lui, va faire de cette misère les racines secrètes d’un trésor, d’abord pour son cœur et son âme avant de lui donner des outils pour transmuter le fer en or…

    • Alain-MARC
      | Répondre

      Elle est pour très bientôt, Marilou !

  5. Parreau MC
    | Répondre

    L’Art est Partage et Transmission ! Ton père t’a transmis le flambeau et donc il n’est pas mort ; et nous tous, effectivement, à notre manière, grâce à ce que tu nous as fait connaître de lui, de toi, nous avons à partager ce message qui émane de l’œuvre que nous apprécions, de l’artiste qui nous convie à sa création. Et c’est cette Trace qui subsiste à jamais…

    • Alain-MARC
      | Répondre

      Merci à toi aussi marie-Cécile, qui connaissais depuis longtemps la force créative de mon père… On va refaire vivre sa trace que chacun pourra emprunter dans son aventure personnelle au gré des paraboles qu’il employait… Alors, à bientôt pour la suite !

    • Alain-MARC
      | Répondre

      Merci Marie-Cécile, je vois que mes réponses à chacun (e) de vous ne se sont pas publiées (mystère d’Internet), alors, je recommence !
      Juste pour te dire que je veux vérifier si dans un cas comme celui-là, une solidarité désintéressée existe bien dans les réseaux sociaux pour faire passer un message culturel, pour faire œuvre de mémoire désintéressée et agir, puisque certains choix des milieux institutionnels laissent dans l’ombre et l’oubli des acteurs artistiques comme JEAN MARC.

  6. CADOU Gérard
    | Répondre

    Merci pour cette évocation. Ses oeuvres étaient simples mais toujours pleines d’émotions. Aucune ne laissait de « marbre », la simplicité de l’évocation en faisait sa force. Très souvent faites avec des morceaux de tuyaux de chauffage, tout était merveille.

    • Alain-MARC
      | Répondre

      Oui, Gérard, c’est de cette simplicité que naissait sa vérité. Une vérité simple qui allait parfaitement avec le monde qu’il voulait nous faire partager, avec toute la délicate force qu’il lui fallait pour forger ses morceaux d’acier et de tuyaux de chauffage…

    • Alain-MARC
      | Répondre

      Oui, c’est vrai, c’est pour cela que son empreinte qui est bien plus qu’une trace, ne doit pas être perdue !

  7. Cette sculpture/monture est vivante et dynamique même tout en étant totalement décharnée. Seules les intentions de son chevalier la pousse à continuer le chemin car La Rossinante lui est fidèle.

    • Alain-MARC
      | Répondre

      Si tu es dans la région dans un mois (ou moins), je suis sûr, Christine, que tu voudras en savoir plus sur cette expression si sensible et affirmée…

    • Alain-MARC
      | Répondre

      Comme nous devons l’être à ceux (et celles) par lesquels nous existons !

  8. Toucouere
    | Répondre

    Voilà longtemps que j’attends ce moment,tu avais posté un article sur ton père sculpteur et poète forgeron avec une photo d’une de ses sculptures qui m’avais émue et je trouvais étrange qu’on nous prive de ses autres réalisations ,pas plus un autre de tes posts dont la formulation m’avais intriguée .Heureuse si on peut lui rendre l’hommage qu’il mérite. josselyne

    • Alain-MARC
      | Répondre

      Merci Josselyne, Oui, j’ai attendu car il fallait que la synergie souhaitée soit réunie. Et là, le moment est maintenant venu. Je vous informe mieux d’ici peu, mais il y a pour ce premier pas vers quelque chose que j’espère plus incisif et ancré dans la durée, une formidable équipe qui s’engage, agit, avance ! Alors à très bientôt pour la suite ?

  9. Très touchée et émue par ta démarche Alain, mais je te reconnais bien là. Cette rossinante est impressionnante, elle nous livre tant de choses, on souffre avec elle, et en même temps elle nous montre qu’il faut avancer…une leçon…J’attend moi aussi la suite de ce bel hommage

    • Alain-MARC
      | Répondre

      Tu verras Jacqueline, ce que cette Rossinante a changé dans la vie de mon père quand il l’a réalisée, car en projetant en elle toute sa souffrance et la misère dans laquelle il était à ce moment-là, il a certainement touché quelque force inconnue venue à son secours par les hasards les plus inattendus de la destinée…

  10. JEAN-MARC
    | Répondre

    Très émouvante cette Rossinante…. elle me touche beaucoup!

    • Alain-MARC
      | Répondre

      Sans doute parce qu’elle est le miroir de toutes les souffrances, l’acceptation et le combat d’un être humain…

  11. ABC
    | Répondre

    De père en fils une transmission artistique qui rejaillit sur nous tous, comme un cadeau qui ne peut que se partager… MERCI !

    • Alain-MARC
      | Répondre

      Merci à toi, dont la richesse intérieure et la sensibilité ne pouvaient être indifférentes à la force de l’œuvre de mon père !

  12. Delobel Marie-Jo
    | Répondre

    Beaucoup de sensibilité et d’émotion se dégagent de cette œuvre. Merci de nous faire connaitre ce sculpteur…

    • Alain-MARC
      | Répondre

      Je reviendrai bien sûr sur ce qui devrait déjà être dans la reconnaissance publique d’un artiste ayant apporté à notre société contemporaine, à notre monde actuel, une humanité et un regard édificateurs sur son époque, mais en attendant, l’histoire de cette Rossinante vous ouvrira déjà des portes de prospective constructive pour tout ce qui peut nourrir nos valeurs les plus profondes de courage et de volonté…

  13. TURPIN Annie
    | Répondre

    Merci Alain pour ce partage.
    Cette Rossinante me touche beaucoup.
    J’attends la suite….
    Amitiés.
    Annie.

    • Alain-MARC
      | Répondre

      Alors à très bientôt, Annie, je sais que tout cela va beaucoup t’intéresser !

  14. PIERRE
    | Répondre

    Je me pose une question : est-ce parce que j’entre dans le temps de la vieillesse que cette sculpture me donne des frissons, me pose des interrogations sur le déroulement de la vie ? en particulier la fin de vie ?
    L’aurais-je regardée autrement à 20 ou 40 ans ?
    Merci Alain pour tes démarches toujours aussi passionnantes.
    Amitiés
    Maryse

    • Alain-MARC
      | Répondre

      Je pense que tu ne l’aurais pas vue de la même façon à 20 ans, la vie nous apprend à voir autrement…

  15. Daniel
    | Répondre

    J’ai eu le privilège de rencontrer Jean Marc.
    Des moments inoubliables, car en plus du génie de ses sculptures il faut pouvoir l’entendre commenter son œuvre.
    Merci à Alain Marc de nous faire revivre ces bons moments.

    • Alain-MARC
      | Répondre

      Mais surtout merci à toi Daniel, pour l’élan que tu as inspiré aux évènements qui se préparent !

  16. Nicole Guenin
    | Répondre

    J’ai,eu l’occasion de visiter son atelier à Cordes sur Ciel. D’autres artistes étaient exposés, mais chaque fois qu’une oeuvre m’attirait, sculpture ou peinture, elle était signée « Jean MARC »!Je ne connaissais pas cette si émouvante rossinante. Où est-elle à Eragny? Ce n’est pas très loin de chez moi et je suis sûre qu’elle aurait des choses à m’apprendre dans tous les domaines! Tel père, tel fils…
    Tu nous dis qu’on peut participer à l’aventure, alors j’en suis!…

    • Alain-MARC
      | Répondre

      Non, elle n’est pas à Éragny mais chez un collectionneur privé, comme la plupart des milliers d’œuvres qu’il a réalisées dans sa vie. Heureusement il y en a dans certains lieux publics que tout le monde peut s’approprier (au moins par le regard), …ou par les tags comme celle d’Éragny (bien qu’elle soit peu taguée paraît-il, je n’ai pas été vérifier), mais JEAN MARC aurait dit : « Si elle est taguée c’est qu’elle n’est pas « sacralisée », et qu’elle reste encore le support de la vie pour d’autres gens différents de nous » !

  17. Rico Oswaldo
    | Répondre

    Jean Marc un jour me disais comment il méprisait les gents qui le comparaient à Giacometti. Il avait raison car ses oeuvres n’admettent aucune comparaison! Mon bonheur au réveil c’est ad-mirer son sculpture de DeGaulle..

    • Alain-MARC
      | Répondre

      Merci Oswaldo, d’être intervenu à ce sujet, c’est tout à fait vrai ! Car même si pour ceux qui découvrent son œuvre à travers une première évocation aussi partielle que celle-ci, et qui peuvent trouver une parenté avec certains Giacometti, je dis bien qu’elle ne relève dans ce cas-là que d’une parenté plastique (et encore uniquement pour certaines sculptures), mais je précise surtout qu’elle diffère complètement dans l’intention, ce qui fait plus qu’une simple nuance ! (D’ailleurs j’ai légèrement modifié ma réponse à Françoise pour mieux préciser le sens de ma pensée). ravi de vous lire, si ce n’était si loin je viendrais photographier cette œuvre, je vous envoie un petit e-mail par courrier séparé. Amitiés,

  18. Althéia
    | Répondre

    C’est un très bel hommage à jean Marc, cette Rossinante est très émouvante !
    Amicalement

    • Alain-MARC
      | Répondre

      Tu as de l’intuition, tu verras pourquoi elle l’est tellement hormis sa présence et sa force créative…

  19. Christine
    | Répondre

    Si peu de temps pour une grande œuvre….et si peu de trace sur sa vision poétique des petits métiers et du monde..
    Pour ce partage, sur les réseaux sociaux…Oswaldo Rico a publié sur You tube…qqs unes de ces descriptions orales, dont il nous a gratifié à Cordes ou à Montréal.

    • Alain-MARC
      | Répondre

      Merci Christine,
      J’ai récupéré ce que j’ai pu dans les publications d’Oswaldo sur Youtube merci à lui de l’avoir publié, et pour le reste j’avance petit à petit avec les moyens (et le temps) que j’ai. C’est déjà mieux que rien ce est en train de se faire, qui demande pourtant un travail considérable pour le faire. Mais j’espère y arriver même s’il n’y a pratiquement plus d’enregistrements des phrases et commentaires qui accompagnaient ses sculptures. Le site Web que je suis en train de réaliser pour lui (https://jean-marc-art.fr/) avance aussi, mais là également, c’est beaucoup d’efforts et de difficultés à surmonter (personne ne peut savoir les contraintes de toutes sortes qu’on a à respecter, à surmonter, …à commencer par celles imposées par les droits photos lorsqu’on n’a qu’une seule photo d’une œuvre disparue qu’on veut pourtant porter à la connaissance du public et que ces droits sont exclusifs, et cela n’est qu’un détail parmi le reste). Je reparlerai de sa vision des petits métiers du monde (et de bien d’autres choses qui lui tenaient à cœur d’ailleurs), en essayant de respecter le plus possible sa pensée et ses intentions. Mais il faut du temps pour cela.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.