La guenon et son enfant, c’est une bien navrante vérité ! Avec Françoise, Alain, et JEAN MARC, au MAMC.

Il n’est nul reflet de la société plus édifiant ! Une partie de la deuxième salle de l’exposition au Musée d’Art Moderne et Contemporain de Cordes-sur-Ciel

Je me disais, revisitant le musée en y entrant, que si cette guenon de la fable tenant près d’elle son petit était comme nous si fière de ce qu’elle avait produit, il était peut-être plus sage de ne le montrer à personne plutôt que de l’exposer, à plus forte raison si c’est le fruit de notre amour et de nos pensées, pire encore de nos idées !

Car est bien méchante la société, surtout quand elle n’a plus de repères, perdue dans le hourvari des réseaux sociaux où les images elles-mêmes n’ont plus sens, où on ne sait plus distinguer au milieu de tout le reste ce qui est ou pas de qualité, mais aussi et surtout lorsque l’on ne se donne le temps ni de réfléchir ni de penser, à ce qui pourrait nous servir vraiment pour être juste un peu plus intelligent…

Ainsi, au milieu de la deuxième salle, trônent les sculptures céramique de Françoise, inspirées par cette fable de Marie de France que je vais vous conter :

La guenon et son enfant, par Françoise MARC – VILLENEUVE, d’après la fable de Marie de France

La guenon et son enfant

Une guenon allait montrant

Aux autres bêtes son enfant,

Et toutes la tenaient pour folle,

Tant d’allure que de parole,

Elle alla le montrer au lion,

Et posa, bien sûr sa question :

« Est-il bien beau » ?

Il répondit :

« Plus laid, non, jamais je ne vis. »

Ramenez-le à la maison

Car le proverbe a bien raison :

Tout renard loue sa queue fournie,

Admirant qu’elle soit à lui.

Elle partit le cœur chagrin,

Et croisa un ours en chemin.

L’ours s’arrêta, la regarda,

Et plein de ruse, s’exclama :

« Que vois-je, mais c’est là l’enfant,

Dont tout le monde parle tant !

Qu’il est donc beau, qu’il est gentil ! 

– Oui, dit-elle, c’est mon petit.

Donnez-le moi que je l’embrasse,

Et voie de près sa jolie face… »

Elle le lui tend, il le prend

Et le dévore engluement.

Nul ne doit jamais dévoiler

Son sentiment et sa pensée

Car ce dont on est le plus fier

Peut fort bien à autrui déplaire

Et de le dire vient grand mal :

Tout le monde n’est pas loyal.

L’ours de « La guenon et son enfant », par Françoise MARC – VILLENEUVE, d’après la fable de Marie de France

Dans la même pièce, se trouve l’une des sculptures en fer forgé par JEAN MARC : « L’homme de la Mancha ».

Jacques Brel, dans « L’homme de la Mancha », est l’une des œuvres majeures de JEAN MARC.

Dans le visage tourmenté et le geste de la main, l’on reconnaît l’expression du chanteur, qui tel un écorché vif sous le chapeau de Don Quichotte dénonce contre vents et marées les erreurs de l’église et de la société.

Le forgeron d’art rend ici hommage à l’artiste qui transcende la souffrance en affrontant sa destinée.

Comme le héros de Cervantès, il a su aller au bout de sa vision jusqu’aux portes de la mort, en traduisant avec force et intensité, le tragique de la vie.

Quant à moi, l’une des premières de mes peintures visibles en entrant (où je prends position et m’exprime également sur la nature humaine), est une toile bleue d’1 x 1m, nommée « Le plus grand prédateur ».

En voici les 10 premières secondes, le reste est visible avec l’application ARTivive que les visiteurs soucieux de ne pas passer à côté du « plus important » dans mon travail, auront téléchargée sur leur téléphone portable ou leur tablette (ainsi que celles et ceux d’entre-vous qui voudront profiter de cet avantage pour mieux comprendre que les Réalités virtuelles, augmentées et mixtes, sont déjà l’un des outils majeurs de l’art du futur).

Je tiens à préciser que cette peinture change de couleur et d’aspect suivant l’endroit où l’on se trouve pour la regarder, indépendamment de la lumière et du fait qu’elle est (de surcroît) doublée de Réalité Augmentée. Elle correspond à mes recherches déjà anciennes basées sur l’importance du point de vue qui modifie le jugement, et sur l’inconscience que nous avons de la non signifiance de l’éphémère. Aujourd’hui où tellement de nos valeurs sont affectées ou anéanties par l’éphémère (justement), ce travail s’inscrit au contraire dans la notion de  durée, tant pour sa réalisation (presque 2 mois de travail acharné pour rendre sa surface « interactive » à la perception), que sa solidité par rapport au temps (les pigments, liants, et autres médiums acrylo-vinyliques associés aux sables dolomitiques semi-transparents, lui assurant une luminosité qui n’est pas prête de bouger dans les années à venir).

Nous sommes ici très loin de la fragilité d’une aquarelle vite faite, qui ne demande que l’inspiration d’un instant.

– Que deviendront nos aquarelles dans quelques milliers d’années (si l’humanité existe encore), je pense aux gravures préhistoriques, qui, quant à elles, sont des « phares » qu’il ne faudrait pas trop oublier, dans la nuit au fond de laquelle nous sommes à notre époque plongés !

Mais cela est bien le cadet des soucis de la plupart de nos contemporains…

« Le plus grand prédateur » Acrylique / variations chromatiques sur toile 100 x 100 cm

Si vous voulez voir la Réalité Augmentée de cette peinture chargez sur votre téléphone (si pas trop vieux, car plus il est récent mieux ça marche) l’application pour artistes ARTivive (lien avec Google Play mais idem sur l’App Store, vous y verrez ce que font également mes collègues artistes, il y a des choses magnifiques et d’autres nulles), acceptez l’accès au micro et à l’appareil photo (aucun danger), et regardez la peinture avec le scanner de l’application (le bouton rouge en bas sert à enregistrer sur votre téléphone 9 secondes de vidéo de cette Réalité Augmentée, et si vous avez à l’écran le travail des collègues, cliquez sur la flèche retour en haut à gauche de l’écran, ça vous remettra le scanner). Si ça « bugue », c’est que votre connexion 4 G ne supporte pas bien le débit (re-essayez le matin de bonne heure par exemple).

Á bientôt, pour d’autres peintures et sculptures à découvrir dans cette salle…

14 Responses

  1. Merci
    Amitiés
    Jean-Pierre

    • Alain-MARC
      | Répondre

      Amitiés, à +, Jean-Pierre,

  2. Daniel
    | Répondre

    Que les sculptures de Françoise sont belles!
    Elle rejoint le talent de son père et de son frère.

    • Alain-MARC
      | Répondre

      Ce qui est un peu incompréhensible c’est qu’elle ne soit pas plus connue, car ce qu’elle fait est très intéressant !

  3. micheline vaudenay
    | Répondre

    La sculpture de Don Quichotte est pleine d’émotion, c’est beau et poignant. J’adore les sculptures de Françoise, les couleurs et les motifs sont magnifiques et très joyeux. Et pourtant la fable associée à la guenon et son petit est triste. Oui on risque de perdre ce qu’on a de plus cher en l’exposant au vu de tous. Mais en même temps on peut tellement faire plaisir à voir ce qu’on a fait avec le coeur. Quand on expose, on s’expose. Il y a un risque, mais aussi un très grand bonheur quand on voit qu’on a bien visé. Si jamais il y a des esprits chagrins qui démolissent, laissons les à leurs passions tristes. Tu as assez de monde autour de toi qui t’aime , qui approuve tes actions et qui te suivent..
    Pour voir ta « peinture musique sculpture » artivive suffit ou il faut une autre appli. Et il faut être sur site ou voir l’oeuvre sur ordinateur suffit pour la voir avec l’application.
    En tout cas, bravo encore une fois.

    • Alain-MARC
      | Répondre

      Merci, Micheline, pour ton commentaire, Oui, tu as raison, on prend des risques en s’exposant, mais je parlais surtout pour ceux qui débutent, et ne sont pas compris ; en ce qui me concerne, j’ai fini de me sentir blessé si on affiche de la désapprobation ou du mépris vis à vis de ce que je fais car je sais où je fais et où me situer, et je suis sûr de mes acquis.
      Pour voir mes peintures en entier en Réalité Augmentée, il faut un téléphone pas trop ancien, et utiliser l’application ARTivive (c’est pour la plupart des peintures), mais aussi l’application ARloopa qui est également une application grand public, pas compliquée à comprendre et sans danger, cette dernière s’appliquant à certaines peintures seulement, mais ne t’en fais pas, j’expliquerai tout cela dans un futur article. Déjà, j’ajoute la photo du tableau en bas d’article, regarde-le avec l’application ARTivive.

  4. Gretha Bakker
    | Répondre

    Wow Alain ! C’est beau ! J’ai mis l’application et j’ai pue regardée ton oeuvre. Tu est très modern et tu est ouvert pour des nouveautés !
    Ta sœur est une grande artiste comme ton père était !
    Comme toi d’ailleurs !
    J’ai pue avancer grâce à toi ! Merci encore !!
    Gros bises Gretha Bakker

    • Alain-MARC
      | Répondre

      Merci, Gretha, toi, tu as fait l’expérience, donc, tu as été plus loin que ceux qui ont simplement regardé en disant : « j’aime » ou « je n »aime pas » cette peinture. Comme quoi, le seul fait de regarder sans aller plus loin ne nous apporte aucun enseignement profitable à une meilleure compréhension du monde, nous empêchant par-là même à participer à son amélioration. C’est l’une des principales raisons d’être de mon travail : apprendre à voir derrière les apparences ce qui peut être plus important que leur simple perception.

  5. Michel crouzet
    | Répondre

    Je ne manifeste pas mais suis ton travail de près mon cher Alain.Je suis aussi très sensible aux
    oeuvres de Jean(magnifique et bouleversant Don Quichotte!) et de ta soeur.
    Mes débuts avec toi à Tréguier sont si loin mais si présents.
    Je t’admire et t’aime.
    Michel de Valence.

    • Alain-MARC
      | Répondre

      Sache bien, Michel, que je ne t’oublie pas . L’art est fait pour apporter une nouvelle dimension à la nature humaine, ou au moins pour élargir celle qu’elle possède déjà. Aussi, si sa réalité nous aide à franchir les barrières du temps et de l’espace, il joue son rôle tout simplement, l’amitié et le partage dont il est le vecteur étant l’une de ses composantes, derrière l’apparence qu’il manifeste à notre regard.

  6. Lily Couleurs
    | Répondre

    Merci pour cette expo que l’on peut voir quand on est loin. Merci aussi pour ce bleu qui est ma couleur préférée et cette magnifique sculpture de Don Quichotte. Lily.

    • Alain-MARC
      | Répondre

      à bientôt la suite, Lily !

  7. Elizabeth Rochet
    | Répondre

    La guenon et son petit sont très expressifs. J’aime beaucoup les sculptures très colorées de Françoise. Pour tes peintures, je n’ai pas de smartphone, mais ce que je vois sur l’ordi est déjà très étonnant !

    • Alain-MARC
      | Répondre

      Je publierai d’autres extraits des Réalités Augmentées, on pourra en avoir une meilleure idée !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.